Faire un don
06 Décembre 2021

La région du mois : la Bretagne !

La région du mois
La région du mois : la Bretagne !

On termine les Régions du Mois de la promotion 2020-2021 avec la Bretagne, direction Quimper et St Brieuc à la rencontre de Tifenn, Hildegard, Anaïs et Sloane, nos volontaires en service civique et leurs tuteurs : Fabrice et Sylvain.

 

Tifenn, volontaire en service civique
« Après une licence Sciences Sanitaires et sociales, j’ai effectué un master en éducation thérapeutique et prévention des addictions. A la fin de mes études j’ai réalisé un stage à la Ligue Contre le Cancer du Finistère, plus particulièrement au sein du Pôle prévention. Leur principale mission est la prévention en milieu scolaire sur différentes thématiques tels que le tabac, les addictions, le soleil, les écrans, l’activité physique et la nutrition. Pendant mes 6 mois de stage, il y a eu le premier confinement avec la fermeture des écoles, j’ai donc été très peu sur le terrain.  Du fait de ce manque d’expérience, je ne me voyais pas aller directement vers le monde du travail. Je me suis donc renseignée sur le service civique. J’avais entendu parler d’ADOSEN pendant mon stage et quand j’ai vu l’annonce pour le recrutement des volontaires de cette année ça m’a tout de suite intéressée. C’était exactement le type de mission que je voulais faire pour acquérir plus d’expérienceNous avons eu la chance d’avoir de nombreuses interventions sur des thématiques très variées, cette expérience a été très enrichissante pour moi. Cela m’a permis d’avoir de nouvelles connaissances dans différents domaines comme l’égalité filles garçons ou les droits de l’enfant. Ces mois en tant que volontaire en service civique m’ont permis d’avoir plus d’expérience dans le milieu de la prévention qui est un domaine qui me passionne mais aussi d’avoir une nouvelle approche avec l’utilisation du dialogue philosophique. Le service civique m’a permis de conforter mon choix de travailler dans le domaine de la prévention et particulièrement en milieu scolaire.« 

 

Sloane, volontaire en service civique 
« Ayant suivi mes études dans le secteur social, j’ai choisi l’ADOSEN pour effectuer mon service civique, car elle prône des valeurs importante pour moi, avant tout, c’est une expérience humaine qui m’a permis de m’enrichir, acquérir de nouvelles connaissances. Les thématiques abordées, les projets mis en place, les interventions effectuées m’ont fait comprendre l’importance d’instruire et sensibiliser à la citoyenneté, la santé ainsi que la solidarité aux jeunes publics. L’égalité filles-garçons a été la thématique la plus demandée, et c’est celle qui a permis aux élèves de faire entendre leurs opinions et d’apprendre que chacun à un point de vue différent, et bien sûr les aider à comprendre qu’il est possible de changer les choses. Les outils mis à disposition eux aussi on été une agréable découverte, ils permettent d’aborder facilement les différentes questions qu’ils se posent et instaurer le dialogue. Ayant comme objectif de continuer sur un BTS communication, la découverte des outils, découverte des logiciels pour l’élaboration des trames, m’a aidé à appréhender le coté numérique. L’ADOSEN m’a donné l’opportunité de dépasser mes limites et l’occasion de me familiariser avec le numérique. »

 

Anaïs, volontaire en service civique 
« Après avoir effectué un bts économie sociale et familiale je me suis posée beaucoup de questions. J’avais déjà entendu parlé du service civique, c’est pour cela que je me suis dis que c’était le bon moment pour me lancer dans l’aventure. Après avoir fait plusieurs recherches, l’annonce de l’ADOSEN m’a énormément plu. Les valeurs que portent ADOSEN me correspondent amplement et plus particulièrement le bien être des élèves. Lors de mes études j’ai eu la chance de connaître le public des personnes en situation de handicap et les personnes âgées cependant je n’avais pas encore eu l’opportunité de travailler auprès des enfants/adolescents. En septembre je reprends mes études pour passer le diplôme d’état pour être conseillère en économie sociale et familiale. Grâce au service civique, j’ai pris de l’assurance à l’oral et acquis de nouvelles compétences. Je suis fière d’avoir fait partie de l’équipe et reconnaissante d’avoir pu mettre en œuvre les valeurs d’ADOSEN. »

 

Hildegard, volontaire en service civique
« Originaire d’Alsace j’ai effectué mes études à la faculté de droit de Strasbourg. Le droit a toujours été un choix évident en raison de mes ambitions professionnelles. Attirée par les forces de l’ordre, et ce depuis mon lycée, l’étude du droit, et tout particulièrement du droit pénal et de la criminologie, était une étape essentielle à la concrétisation de mon projet. Mon objectif a toujours été clair : obtenir un master en sciences criminelles et passer les concours de la Police Nationale. Toutefois après quatre années, je me suis retrouvée face à un obstacle : la sélection en Master 2. Avec l’arrivée de la crise sanitaire, ma fin d’année précipitée et un refus pour une finalisation de mon parcours, le chemin devant moi n’était plus tout aussi tracé qu’auparavant. L’option de l’année de césure était désormais devenue une réalité, la question de savoir quoi en faire en était une autre. C’est alors que l’idée de faire un service civique s’est présentée à moi.  Issue d’une famille nombreuse et faisant du scoutisme depuis mon plus jeune âge, pouvoir me rendre utile en mettant à profit mes connaissances, ceci sur une base de volontariat, me correspondait. L’annonce d’ADOSEN représentait alors à tout ce que je recherchais : une expérience dans un domaine qui était éloigné du mien, obtenir de nouvelles compétences, ainsi que la possibilité de faire de la prévention auprès d’un jeune public sur des valeurs qui me tiennent à cœur, comme l’égalité filles-garçons ou la lutte contre les discriminations. De plus, ma mission se déroulait en Bretagne, une région qui a un attrait particulier à mes yeux en raison des racines qu’une partie de ma famille y possède. Ce changement, bien que radical, a été un moyen de me retrouver et de me questionner sur mes véritables envies. Mes projets professionnels n’ont pas changé au cours de l’année, au contraire ils se sont renforcés. Mais les huit mois que j’ai pu vivre au sein d’ADOSEN m’auront permis de gagner confiance en moi, d’apprendre à mieux m’exprimer devant un public, ainsi que d’évoluer dans un milieu professionnel inconnu. Le fait d’avoir pu échanger avec les élèves sur des sujets très variés m’a appris beaucoup, que ce soit sur moi-même ou sur le monde. La richesse d’un débat provient de la multitude des avis qui s’y confrontent. Avoir la possibilité d’amener la discussion avec les élèves, sortant ainsi du cadre scolaire pour leur permettre de s’exprimer différemment, était un des aspects les plus intéressants de ma mission. Ressortie enrichie de cette expérience, je suis plus motivée et déterminée que jamais à continuer de tracer ma voie, peu importe les obstacles. » 

 

Fabrice Kas, délégué MGEN et tuteur ADOSEN

« Je me suis très jeune impliqué en tant qu’animateur et directeur en centre de vacances, dans mes fonctions de maitre d’internat et comme gestionnaire d’établissement scolaire dans des actions socioculturels en direction des jeunes. Favoriser leur autonomie et leur émancipation est une valeur forte. Entré comme délégué MGEN en 2010, j’ai travaillé et me suis formé en promotion de la santé. J’ai intégré le CA de l’ADOSEN en 2016. Je me suis totalement retrouvé sur les valeurs que porte l’association et sur les outils qu’elles développent autour de l’image et les écrans. Faire que ces écrans tant honnis puissent devenir des outils d’éducation à la santé. J’ai travaillé dans le cadre de mon master Education et Santé publique sur l’utilisation du cinéma de fiction comme outil d’éducation à la santé. « Stéréotypes, stéréomeufs » est justement une utilisation de l’image en éducation à la santé. L’image est facilitateur car elle permet aux élèves, de mieux appréhender les thématiques quand ils ont des soucis avec l’écrit et de participer aux débats : écouter l’autre, exprimer ses émotions. La fiction permet une identification distanciée et de libérer la parole.

Le tutorat et l’accompagnement a été pour moi un engagement naturel quand que j’ai eu connaissance en 2018 de la proposition de l’ADOSEN de recourir aux volontaires en service civique pour faire la promotion de la santé au sein de la communauté éducative. C’est un enrichissement réciproque, pour eux de porter des valeurs fortes autour de la solidarité, la citoyenneté et la santé. Pour l’association, le moyen de faire vivre les valeurs de la promotion de la santé qui me sont chères au plus près des jeunes dans une démarche de prévention par les pairs quand nos volontaires interviennent en collège ou lycée.

J’ai eu un vrai bonheur à travailler avec Anaïs et Sloane qui formaient un binôme très complémentaire, positif et engagé. Une belle histoire qui a une fin mais nous avons pris l’engagement de nous revoir et j’aurai plaisir à voir grandir leur projet personnel. »

 

Sylvain DUBREUIL, délégué MGEN du Finistère et tuteur ADOSEN
« Conseiller principal d’éducation de formation, j’ai intégré MGEN en septembre 2017. J’ai gardé cette même conviction : la nécessité de transmettre dès le plus jeune âge et tout au long de la scolarité, les meilleures habitudes afin de vivre pleinement sa citoyenneté. L’éducation à la santé en est partie prenante. En complément de l’action des équipes éducatives au sein des établissements scolaires, la place de l’ADOSEN est donc essentielle pour y contribuer. Le renforcement des dispositifs d’intervention et d’accompagnement avec des outils innovants a été possible avec l’arrivée de volontaires services civiques. Ils apportent une véritable plus-value, en lien avec les bénévoles de l’association sur nos territoires. En tant que tuteur, mon rôle est de les accompagner et de contribuer à leur formation, dans le cadre de leur propre parcours mais également pour rendre utiles et efficaces leurs interventions. Depuis 3 années maintenant, plusieurs volontaires se sont succédés, renforçant d’une année sur l’autre le travail de la précédente équipe. Le résultat est clair : une forte montée en puissance de l’association par un nombre accru de demandes dans le second degré et aussi dans le premier degré aujourd’hui. La mise en réseau avec d’autres structures de l’économie sociale et solidaire, de promotion de la santé est également un enrichissement pour nos volontaires. »

Newsletter

Toutes les nouvelles campagnes, nos concours, nos actions et nos outils pédagogiques en exclusivité dans votre boîte mail tous les deux mois. C’est ici pour vous inscrire à notre newsletter bimestrielle.