Faire un don
02 Août 2021

Intervention sur le thème de l’égalité fille/garçon à Annecy avec Solène et Noémie

Intervention en classe
Intervention sur le thème de l’égalité fille/garçon à Annecy avec Solène et Noémie
Solène et Noémie, sont intervenues à l’Ecole de la Plaine d’Annecy autour de l’égalité filles garçons pour des classes mixtes de CM1 et CM2. Elles ont été sollicitées par la Direction Jeunesse et Culturelle d’Annecy pour mettre en place des activités qui permettraient d’agir contre les problématiques sexistes (physiques et verbales) qui ont lieu dans l’établissement. Nos deux volontaires en service civique de la Région Rhône Alpes nous racontent leur intervention : 
«  On a débuté l’intervention comme à notre habitude…. par un point météo des émotions ! Les élèves sont invités à choisir le soleil (= la joie), les nuages (=état neutre), la pluie (= la tristesse) ou l’orage (= la colère) en fonction de l’émotion qu’ils et elles ressentent en début d’intervention. Ensuite, on a donné les règles du dialogue (parmi lesquelles le respect de l’autre, le droit d’écouter et d’être écouté.es etc…). Après les avoir fait lire par les élèves, nous avons voulu être sûre que toutes ces règles étaient comprises et acceptées. Ainsi, nous les avons fait participer dès les premiers mots, afin qu’ils et elles se sentent écouté.es et impliqué.es

 

On a lancé le dialogue sur l’égalité filles/garçons avec un débat mouvant qui permet aux élèves de déplacer leur pensée dans l’espace en répondant aux questions. Nous avons donné plusieurs affirmations comme « Les garçons sont toujours meilleurs que les filles au sport », « Les femmes ne peuvent pas être meneuses » ou « Les hommes ne pleurent pas ». Les termes utilisés nous paraissaient pertinents et importants compte tenu du contexte, cela permettait d’utiliser et de déconstruire la supériorité qui illustre certains des comportements de ces classes de CM1 et CM2. 
Nous avons choisi cette première activité car nous avions pour objectif de sensibiliser et de promouvoir l’égalité entre les filles et garçons et que le débat mouvant nous paraissait être suffisamment dynamique pour une classe de primaire comme celle que nous avions ce jour là. Les élèves ont été très réceptifs et nous les avons trouvé particulièrement engagé.es pour leur âge. C’est l’affirmation « Les hommes ne pleurent pas » qui a fait le plus débat : les élèves ont associé.es cette idée à la mort et à la manière dont les hommes et les femmes peuvent parfois réagir différemment dans le cas d’un deuil. Ainsi, un élève a dit que son « papa ne pleurait jamais » ou en tout cas qu’il ne « l’avait jamais vu pleurer. » 
Lors de cet échange, plusieurs problématiques sont ressorties comme le harcèlement ou les relations amoureuses qui peuvent impacter cette égalité filles/garçons. Ces idées serviront de base pour des prochaines activités que la maitresse pourra construire et réaliser en classe. 
Dans un second temps, nous avons lancé l’épisode 7 de la saison 2 de Stérotypes Stéréomeufs, Le match. Nous avons choisi cet épisode en particulier car les membres du personnel éducatif nous avaient parlé d’une problématique liée au cours de sport et particulèrement lors des matchs de football où les filles et les garçons refusaient de jouer ensemble. Diffuser cet épisode nous a permis de lancer un dialogue réflexif pertinent. Nous avons trouvé les élèves particulièrement solidaires les uns envers les autres, ils et elles s’écoutaient et respectaient la parole de chacun et chacune tout en faisant preuve de beaucoup d’attention. 
D’autres outils que le débat mouvant et le dialogue réflexif peuvent être utilisés dans ce type d’intervention, comme par exemple le e-photo expression… pourquoi ne pas l’utiliser dans notre prochaine intervention ? » 
Pour demander une intervention à Solène et Noémie en Rhône Alpes, écrivez un mail à : sc-hautesavoie@adosen-sante.com 
Newsletter

Toutes les nouvelles campagnes, nos concours, nos actions et nos outils pédagogiques en exclusivité dans votre boîte mail tous les deux mois. C’est ici pour vous inscrire à notre newsletter bimestrielle.