Projet de prévention des risques psychosociaux au collège Antoine FAURE (OLONZAC)

08/02/2017

Le projet de prévention des risques psycho-sociaux a vu le jour en 2013 au collège Antoine FAURE, avec la volonté d’initier des ateliers de communication bienveillante et plus largement d’éducation émotionnelle auprès des élèves de 6ème afin qu’au bout de 4 ans toute une cohorte soit formée.

Pourquoi  ce projet ?

  • Il est d’abord parti d’un constat d’échanges trop souvent conflictuels entre élèves mais aussi dans la relation professeur-élève qui font que les micro-conflits s’accumulent même dans les établissements calmes. Un constat aussi de stress parmi élèves et enseignants.
  • En 2012, je découvre la communication bienveillante, il deviendra la base du projet.

En m’y formant personnellement, je me rends compte qu’on nous apprend à parler une langue mais pas réellement à communiquer.  Il me semblait donc essentiel de proposer cette méthode de communication aux élèves et adultes du collège, cette méthode où l’expression de soi remplace l’agression de l’autre puisqu’on lui exprime nos sentiments par rapport à un comportement, une situation et qu’on lui pose une demande négociable pour trouver une solution gagnant gagnant.

Donc le but de ce projet : Favoriser un climat scolaire serein par meilleure communication mais aussi un bien-être accru. Pour cela développer des compétences psycho sociales essentielles : savoir communiquer efficacement, être habile dans les relations interpersonnelles, avoir conscience de soi, avoir de l’empathie pour les autres, gérer son stress, savoir gérer ses émotions. Rappelons en effet qu’on ne peut séparer l’apprentissage de l’aspect émotionnel et physique de l’élève.

En résumé : se sentir bien avec soi et avec les autres pour bien vivre et bien apprendre au collège.

Les « cibles » : Les élèves de 6ème ainsi que les adultes volontaires de l’établissement. Des cafés parents ont également eu lieu pour sensibiliser les familles. Il me semble essentiel de former les adultes. Si c’était à refaire je commencerai à travailler 1 an avec les adultes uniquement puis avec les élèves, afin que ceux-ci soient accompagnés le plus efficacement possible au quotidien, sachant qu’ils apprennent par observation des comportements répétitifs des adultes.

Quelles actions ? dans quelle temporalité ? Ces actions sont soutenues par la MGEN de l’Hérault, organisme sans le soutien duquel le projet n’aurait pu voir le jour.

ATELIERS ELEVES :  En 2013, 40h d’ateliers 6ème furent animés sur des temps banalisés par Fanny Bragard, formatrice en communication bienveillante (Association Dialogue), en ma présence ainsi que celle de l’infirmière scolaire afin que nous nous formions pour, dès 2014, animer nous-mêmes les ateliers élèves. D’abord positionnés sur les créneaux d’AP en barrette avec d’autres disciplines, les ateliers sont maintenant positionnés dans l’emploi du temps des élèves dès le début d’année et ont lieu en demi-groupes.

Ces ateliers proposent à la fois :

  • un temps de recentrage et de relaxation en début de séance (nous utilisons entre autres l’outil Brain gym : Violaine Maincent, kinésiologue, intervient quelques heures en début d’année puis nous continuons avec les élèves)
  • l’apprentissage de la méthode de la communication bienveillante en commençant par la connaissance de soi (identification des émotions, des besoins,…) et en enchaînant sur des jeux de rôles (observation neutre et sans jugement, expression en message JE, demande négociable).

ATELIERS ADULTES : 3 ateliers dans l’année animés par Fanny Bragard, formatrice en communication bienveillante. Acquisition des bases de la communication bienveillante à travers des cas concrets, transmissions d’outils pratiques. Des apports en psychopédagogie et en neurosciences viennent nous éclairer également sur le fonctionnement du cerveau de l’adolescent et sur le lien émotions/ apprentissages.

Actions en lien : Outre les ateliers 6ème, d’autres actions favorisent un climat serein, une diminution du stress et une meilleure connaissance de soi : un projet en 5ème « la couleur des sentiments » (travail sur les émotions en arts plastiques, français,  avec l’infirmière scolaire et une psychologue scolaire),  de nombreux ateliers culturels et activités sportives  sur la pause méridienne, des projets variés, un travail sur la haute qualité alimentaire à la cantine,…

Quels effets ressentis ?

Travailler sur de l’humain peut être difficile à quantifier. Nous nous sommes basés au niveau chiffres sur les statistiques de sanctions et punitions qui sont en baisse.

L’auto évaluation a permis de constater que les élèves se connaissant mieux et ayant des nouveaux outils de communication se sentent plus à l’aise et mieux à même de régler de petits conflits du quotidien. Ils plébiscitent énormément les divers exercices de recentrage et de relaxation.

Pour les enseignants ayant suivi les ateliers ces dernières années, un relationnel plus apaisé aux élèves, beaucoup moins d’énervement.

J’espère que nous plantons des graines pour les futurs adultes !

En conclusion : J’ai constaté récemment avec plaisir que dans le nouveau Livret Personnel de Compétences (LPC), il est désormais question de la connaissance de soi, de ses émotions. Un bien être avec soi et un bon relationnel sont des préalables à un apprentissage concluant.  Dans l’idéal, je pense toutefois que tous les adultes de l’établissement devraient faire ce travail en amont.

De ce projet, je retire une grande satisfaction, la satisfaction d’avoir modestement initié ces élèves à un autre mode de communication et à des outils de gestion du stress et avec l’espoir que les graines plantées germeront dès à présent ou dans plusieurs années.

Par Sophie Nicolas

Actualités similaires

FilGood – Au service des élèves

FilGood? Regarder ce petit teaser !Lire la suite

Appel National à Projets Pédagogiques

L'ADOSEN - prévention santé MGEN lance un appel national à projets pédagogiques ! Tous lesLire la suite
Voir toutes les actualités