Programmation informatique au collège : la France à l’heure du codage

01/08/2018

À l’instar de nombreux pays comme les États-Unis, l’Angleterre ou encore l’Allemagne, la France a choisi d’inscrire le codage informatique dans les programmes scolaires du collège. Depuis septembre 2016, ce nouvel apprentissage est désormais enseigné en classes de mathématiques et de technologie. En juin 2017, des exercices de codage ont ainsi fait leur entrée dans l’épreuve du brevet des collèges.


« L’écolier français est celui qui, en Europe, développe la plus grande crainte de l’erreur, vécue comme une faute qui implique une sanction et culpabilise. Le numérique change le statut de l’erreur : vous effacez et vous recommencez. Il permet aux élèves de déverrouiller les difficultés et de dépasser les inhibitions. » Benoît Hamon, ancien ministre de l’éducation nationale et à l’origine de ce nouvel enseignement obligatoire au collège, dans une interview accordée au JDD le 13 juillet 2013.


Deux ans après son intégration dans le programme scolaire du cycle 4, comment se traduit concrètement cet enseignement ? Témoignage d’Arnaud Durand, enseignant de mathématiques au collège Belle-Vue de Loué (Pays de la Loire) et blogueur passionné d’informatique (créateur du blog mathix.org).

En quoi consiste concrètement un cours de programmation informatique ?

Ce cours permet aux élèves d’appréhender les subtilités de l’algorithmique et sa conception, c’est-à-dire les règles et les techniques qui la composent. En technologie, cet apprentissage est souvent dispensé en continu tout au long de l’année scolaire, alors qu’en mathématiques, il s’agira davantage d’une aide ponctuelle dont les élèves peuvent se servir pour réaliser des exercices.

Comment se traduit l’intégration de cette thématique dans votre programme ?

En mathématiques, nous consacrons 10 à 15 heures par an à la programmation informatique avec les élèves. Nous travaillons par projet et avec le logiciel institutionnel « Scratch », outil intuitif qui a été spécialement conçu pour initier les collégiens au codage. Nous leur donnons un cahier des charges en leur expliquant ce que le programme doit réaliser. Nos élèves de 3ᵉ ont, par exemple, créé un jeu de voitures pour deux joueurs, avec un circuit comprenant de nombreux obstacles et objectifs à atteindre. Le but : qu’ils puissent s’organiser autour d’un projet commun et réfléchir à la manière de résoudre un problème par étapes.

Qu’apporte la programmation informatique aux élèves ?

Cet enseignement développe leur sens logique et leur capacité à découper un problème en sous-problèmes. Par exemple, l’élève doit faire un jeu avec un pantin qui bouge grâce aux touches du clavier. Il doit d’abord programmer son déplacement, ensuite incorporer les obstacles, puis enfin le décor. Toutes ces étapes sont donc à planifier. Les élèves apprennent ainsi la gestion de projets.

Par ailleurs, la programmation informatique réduit leur sentiment d’échec face à l’erreur. Les élèves n’ont pas besoin de se référer à leur enseignant et deviennent autonomes. C’est en testant le programme qu’ils savent s’il fonctionne ou non. Ce cours les responsabilise et renforce leur estime et leur confiance en eux.

Comment cet enseignement est-il perçu par vos élèves ?

Les avis sont assez partagés ! Certains élèves, très vite et de manière intuitive et naturelle, se sont lancés dans la démarche avec un goût prononcé pour la programmation et une volonté d’acquérir de l’autonomie. D’autres se montrent plus réfractaires car ils n’envisagent pas de s’orienter dans cette voie plus tard.

Ce cours a confirmé les vocations de certains élèves. Il permet de les conforter dans leur choix d’orientation et de leur faire découvrir les métiers liés au codage.

Y a-t-il eu des obstacles à la mise en place de ce programme ? Si oui lesquels ?

Le seul obstacle que j’observe concerne la disponibilité des outils informatiques. Cela fait environ 5 ans que les ordinateurs et les tablettes sont de plus en plus sollicités par toutes les disciplines, il n’est donc pas toujours évident de trouver un créneau disponible pour les utiliser et réserver la salle informatique. Cette année, plusieurs de nos projets n’ont d’ailleurs pas pu aboutir pour ces raisons.

À vos yeux, pourquoi ce cours est-il devenu un enseignement incontournable ?

L’informatique est devenue omniprésente dans notre quotidien. Elle est intégrée dans de nombreux métiers, il est donc essentiel que les élèves soient formés le plus tôt possible. Personnellement, j’avais déjà une appétence forte pour le codage, ayant même créé par le passé des clubs dédiés à cette pratique. Je me réjouis que cet enseignement soit aujourd’hui pleinement intégré dans les programmes scolaires !

Pensez-vous que le programme devrait aller plus loin ?

Je ne pense pas que le cours devrait être plus intensif au collège, dans la mesure où ce programme n’intéresse pas tous les élèves. Aller plus loin, c’est prendre le risque de les perdre totalement. Après le collège et dans certaines filières spécifiques, il faudrait effectivement approfondir cet enseignement.

Actualités similaires

Journée de sensibilisation sur le don d’organes – Témoignage de Maelis Durand

Dans le cadre de leurs projets scolaires la classe de Prépa IFSI et un groupe de travail deLire la suite

Projet DrawMyLife pour le don du sang – Lycée Maupertuis

Les premiers résultats des projets lauréats de l'appel national à projet 2017 de l'ADOSENLire la suite
Voir toutes les actualités