Faire un don
03 Décembre 2020

La cité de la biodiversité – Lauréat APP 2019-2020

Projet d’établissement
La cité de la biodiversité – Lauréat APP 2019-2020

Ce projet est lauréat de l’Appel à Projets Pédagogiques 2019-2020, dans la catégorie « Environnement, nutrition et santé ».   

Rappel du projet :

Ce projet se déroule en plusieurs étapes :

  • Mise en place des friches, de la mare, du muret de pierres sèches, du tas de bois à hérisson, de la mini-dune, des premiers hôtels à insectes type fagots et tronc perforés, création d’hôtels à insectes collectifs
  • Réalisation des nichoirs et mangeoires à oiseaux. Végétalisation de deux murs en pierre. Plantation de haies variées servant de refuges à la faune
  • Création des ruches, végétalisations d’un toit, création des nichoirs à chiroptères. Labellisation « refuge LPO ». Mise en place d’incroyable comestible.
  • Amplification des actions déjà mises en place. Aménagement des espaces extérieurs pour permettre une bonne cohabitation élèves / biodiversité.

 

Retour sur « La cité de la biodiversité » par Erwan SELLIN, Cité scolaire Alcide Dusolier :

« La cité de la biodiversité » est un projet né il y a 3 ans. Il a pour but de développer la biodiversité de l’établissement et par extension de sensibiliser les élèves à cette thématique afin qu’ils la développent chez eux également.

Deux axes principaux ont été favorisés au début de l’action : faire appel à un naturaliste professionnel pour élaborer un diagnostic fiable et former des écodélégués de manière concrète afin de créer un engouement. Le premier diagnostic réalisé par le naturaliste du CPIE Périgord- Limousin a permis de repérer les points forts potentiels de la cité scolaire. Le référent EEDD de l’établissement, Erwan SELLIN, professeur de SVT a alors élaboré un plan d’actions sur 5 ans en suivant la logique suivante : développer la flore, ce qui permettra le développement de microfaunes (insectes,…), puis d’oiseaux et de petits mammifères. Le tout en tentant de faire le maximum de diagnostics afin de mesurer l’effet concret de notre projet sur la biodiversité. Le PNR Périgord Limousin a financé en 2019 la formation des écodélégués (de la 6 e à la terminale, incorporant, élèves de Segpa, Ulis et lycées général et professionnel) à des projets de sciences participatives du Muséum National d’Histoire Naturelle (« un carré pour la biodiversité », vigie-nature,). Le projet s’est ensuite accéléré lors de journées citoyennes : élèves, parents d’élèves et enseignants (environ 60 personnes) se sont retrouvés un samedi matin printanier et un d’automne afin de faire des gros travaux : pause d’une mini-mare abreuvoir d’insectes, délimitation de grandes friches (une sauvage et une fleurie), plantation de haies diverses (riches en buissons à fruits) et champêtres, de plantes mellifères, constructions d’hôtels à insectes (très divers), de nichoirs à oiseaux, de mangeoires, de nids à chiroptères, de fosses à xylophages, de murs en pierres sèches, de tas de bois à hérissons… Un travail impressionnant a été réalisé dans une ambiance très agréable et des parents ne venant pas facilement à l’école ont pu montrer à leur enfant leur qualité de bricoleur ou de jardinier.

En 2019-2020, les écodélégués ont été formés à la reconnaissance des oiseaux locaux. Gaëtan Bourdon, un naturaliste périgourdin les a entrainés à les reconnaitre au son et à la jumelle. Il leur a également fait construire un nichoir à mésanges équipé d’une caméra, et 10 autres nichoirs dont deux à rapaces. Chaque collégien était chaperonné par un lycéen, et des lycéens se sont découvert une aptitude d’éducateur qu’ils ignoraient.

Environ 40 écodélégués sur les 50 de la cité scolaire ont participé à ces formations et ont décidé de participer à des festivals pour présenter leur travail. Malheureusement ceux-ci ont été annulés en raison du confinement. Le premier festival devait être celui de la Chevêche à Nontron. Les élèves devaient présenter des micro-écosystèmes contenant divers escargots, le but est de faire découvrir leur diversité à environ 800 élèves de primaire et plus de 1000 adultes. Ils devaient aussi offrir des mini- hôtels à insectes en fagots (mélange tiges de topinambours, tournesol, renoué du japon). Pour cela, les lycéens (quelques écodélégués et les camarades qu’ils ont entraînés à leur suite) ont passé beaucoup de leur temps libre à nettoyer les coquilles d’escargots vides qu’ils ont ramassées, à la brosse à dent, à découper au sécateur les tiges, à les nouer avec du fil de fer… et tout cela en grande partie en autonomie). Ils ont pu bénéficier d’un petit local à l’extérieur, leur permettant d’avoir un mini-atelier.

Ils avaient également été sélectionnés pour participer au Nouveau Festival des lycéens de la région Nouvelle Aquitaine où ils devaient présenter un mini-fascicule : « comment monter son projet biodiversité avec des objets de récup ? ». Une grande partie du matériel utilisé venant de récupération auprès des parents d’élèves, d’entreprises ou de prélèvements dans la nature. Par exemple, les élèves ont nourri les oiseaux grâce à des graines glanées pendant l’été et stockées dans des seaux récupérés à la cantine.

Le projet est de plus en plus connu au sein de l’établissement et en dehors. Il fait changer certaines habitudes au sein de l’établissement, notamment les services techniques vu que les élèves s’approprient plus leur domaine. Les élèves apprennent que des petits gestes peuvent suffire à changer beaucoup de choses et peuvent les reproduire chez eux. Au final, un autre mode de pensée se met en place progressivement chez beaucoup de personnes.

 

 

 

 

Newsletter

Toutes les nouvelles campagnes, nos concours, nos actions et nos outils pédagogiques en exclusivité dans votre boîte mail tous les deux mois. C’est ici pour vous inscrire à notre newsletter bimestrielle.