13 mars – Kim

 

Vendredi 13 mars 

Kim, Doctorante : 

 

“Les femmes qui ont été des modèles, des références pour me faire prendre conscience de la cause féministe, ça a tout d’abord été ma maman qui a eu le courage de m’élever seule et qui a eu la force de tout mener de front alors que ce n’est pas forcément évident au quotidien. Ensuite, il y a un dessin animé Mulan qui a beaucoup marqué la génération 90, parce que c’était la première fois où, à l’écran, on voyait un personnage principal féminin qui prenait la place d’un homme sans se soucier des conventions sociales et qui arrivait à faire aussi bien qu’un homme, tant émotionnellement que physiquement. Je trouvais que c’était une bonne manière de montrer aux filles qu’elles s’interdisaient beaucoup de choses par convention sociale et qu’on pouvait réaliser les choses au même niveau que les hommes. aujourd’hui on a  des héroïnes indépendantes dans les dessins animés présentés aux jeunes générations, ce qui n’était pas le cas à notre époque où les princesses attendaient leur sauveur pour exister. Les dessins animés ou tout support culturel ont le pouvoir de construire et déconstruire les stéréotypes et influer sur les mentalités. (…) Il y a des situations, des droits qui ne sont pas encore acquis et c’est malheureusement encore trop présent dans le monde professionnel – le plafond de verre est encore trop présent alors que des femmes peuvent être tout aussi compétentes qu’un homme et qu’un sexe ne doit pas guider. Il y a encore trop d’automatisme : on s’adresse à un homme pour prendre des décisions alors qu’une femme peut tout autant avoir un pouvoir de décision. Pour reprendre la phrase de Simone de Beauvoir, à la moindre crise politique nos droits acquis pourront être remis en question mais je pense qu’il faut aussi voir toutes les situations encore inégalitaires. La bataille est encore loin d’être gagnée.”  

[ Simone e(s)t moi. Et toi? ] 

Dossiers similaires

Voir tous les dossiers