Nutrition

Nutrition, du côté de la réglementation

Le cadre de l’éducation à la santé permet de poser les points de repère nécessaires aux comportements alimentaires sains.

  • La circulaire n°2009-068 du 20-05-2009, précise l’importance d’une éducation nutritionnelle tout au long de la scolarité afin de prévenir les problèmes de surpoids et d’obésité. Cette éducation s’intègre dans les enseignements et les activités éducatives.
  • « L’éducation à la nutrition permet de développer des projets en lien avec les enseignements et également de mieux informer les élèves pour prévenir le surpoids et l’obésité précoces. »
  • Le deuxième programme national nutrition santé (PNNS 2006-2010) «a pour objectif général l’amélioration de l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition ».

Ce programme a débuté en 2001 et a été réactualisé en 2006 et 2011.

  • La loi n ° 2004-806 du 9 août 2004, publiée au JO du 11/08/2004 relative à la politique de santé publique insiste sur la nutrition et l’activité physique et renvoie au tableau présenté dans le JO n° 185 du 11/08/2004, texte numéro 4.
  • La note du 25 mars 2004, à l’attention des directrices et directeurs d’écoles, relative à la collation matinale, rappelle que « l’accueil, les récréations, les temps de repos et de sieste, de goûter ou de restauration scolaire sont des temps d’éducation. Ils sont organisés et exploités dans cette perspective par ceux qui en ont la responsabilité ».

« La question de la collation matinale, tout comme d’autres activités en rapport avec l’alimentation, ne peut être uniquement liée aux problèmes de surpoids et d’obésité, même si cet objectif de santé publique demeure prioritaire. Les dimensions éducative, sociale et culturelle ainsi que les diversités locales, géographique ou socio-économique, doivent être prises en compte à l’école. Il faut rappeler que les familles ont un rôle primordial en ce qui concerne les rythmes alimentaires de l’enfant, en particulier pour le petit déjeuner, et qu’il convient d’établir un lien étroit avec elles pour harmoniser les différentes prises alimentaires organisées à la maison et à l’école. Une information sur la collation et plus généralement sur les actions d’éducation à la nutrition fera l’objet d’une communication en conseil d’école. Cette information pourra associer les personnels de santé de l’éducation nationale et des partenaires extérieurs compétents dans ce domaine. »

« Il est prévu, dans le cadre des programmes de l’école primaire, une sensibilisation aux problèmes d’hygiène et de santé : régularité des repas, composition des menus (cycles 1 et 2), actions bénéfiques ou nocives des comportements, notamment dans l’alimentation (cycle 3). »

« En appui des enseignements, il est nécessaire de développer des actions nutritionnelles, d’éducation au goût et à la consommation. »

  • Le BO spécial n ° 46 du 28.06.2001, relatif à la restauration scolaire rappelle que « Les enfants ne prennent en général dans le cadre scolaire qu’un nombre restreint de leurs repas annuels ; l’école ne peut donc à elle seule assurer l’équilibre alimentaire des enfants. En revanche, elle peut assurer une formation élémentaire du goût, en multipliant les occasions de découverte et une éducation nutritionnelle en expliquant la nécessité de la diversité alimentaire et les inconvénients des stéréotypes. Il n’est pas question de favoriser un modèle déterminé, même s’il a la faveur des élèves, mais de montrer que la diversité des modèles dans des cultures différentes répond à des choix ancestraux justifiables. »

« L’aspect éducatif du repas est peut-être trop souvent oublié ou négligé. Il est bon d’en souligner l’intérêt chez les jeunes enfants qui peuvent acquérir tôt des notions simples sur les principaux aliments, en même temps qu’un bon comportement alimentaire.

En effet, les habitudes alimentaires s’acquièrent dès le plus jeune âge. Il est donc important de commencer l’éducation nutritionnelle quand les comportements et les attitudes n’ont pas encore été établis. L’école joue un rôle important, notamment dans l’éveil au goût chez les élèves. Elle doit les aider, en complémentarité avec les familles, à choisir leurs propres aliments chaque fois qu’ils peuvent le faire en dépit des tendances, des médias et des traditions et leur faire connaître les effets de l’alimentation sur leur santé.

L’éducation nutritionnelle à l’école doit être reliée à la vie sociale et tenir compte des différentes cultures. Il ne faut pas oublier que le goût s’apprend. Il se forme, s’éduque, s’acquiert, et ceci tout le temps, tout au long de la vie et dans un contexte culturel et sociologique donné. Il est également une

possibilité de point d’ancrage et de point de départ pour toute une série d’activités.

Le repas de midi n’est pas seulement la prise de nutriments ou de calories. C’est aussi le moment où les élèves, après l’attention du matin, se détendent et où les échanges sociaux sont favorisés.

L’alimentation est nécessaire physiologiquement, indispensable au bien-être et à la santé, mais elle ne doit pas être vécue uniquement comme une obligation. Elle doit devenir un moment privilégié de découverte et toujours rester un moment de plaisir.

Il serait souhaitable d’organiser autour de l’alimentation des animations dont les grands axes pourraient être :

  • d’éduquer le goût des élèves, valoriser le patrimoine culinaire et promouvoir des produits de bonne qualité gustative et nutritionnelle ;
  • de mettre en avant un vocabulaire précis concernant les saveurs, surtout auprès des enfants qui font des confusions afin qu’ils soient capables de définir clairement leurs sensations ;
  • d’expliquer les secrets de fabrication des aliments et leur composition ;
  • de déguster des spécialités de pays ;
  • de découvrir les odeurs, les épices et les essences.

Il importe d’impliquer tous les personnels de l’école ou de l’établissement ainsi que les familles dans cette démarche d’éducation. »

  • Arrêté du 9 juin 2008, BO hors série n °3 du 19 juin 2008.

Programmes d’enseignement de l’école primaire.

  • Cycle I Découvrir le monde / Découvrir le vivant
    Les enfants sont intéressés à l’hygiène et à la santé, notamment la nutrition.
  • Cycle II Découverte du monde
    Les élèves apprennent les règles d’hygiène et de sécurité personnelles et collectives.
  • Cycle III Le fonctionnement du corps humain et la santé
    Dans le domaine de l’hygiène et de la santé, les élèves abordent les actions bénéfiques ou nocives de nos comportements, notamment dans le domaine du sport, de l’alimentation, du sommeil.

À la fin du CM2, les élèves savent mobiliser leurs connaissances dans des contextes scientifiques différents et des activités de la vie. Ils savent par exemple apprécier l’équilibre d’un repas.

Dossiers similaires

Voir tous les dossiers