Les Addictions Comportementales

Les critères des addictions comportementales

Aviel Goodman a proposé en 1990 une critériologie applicable à toutes les addictions.

L’addiction selon Goodman se situe entre impulsion et compulsion.

  • Impulsion : recherche du plaisir ou d’une gratification immédiate
  • Compulsion : soulagement des tensions et réduction des affects pénibles
  • Addiction : partage, selon les moments évolutifs, les caractéristiques de l’impulsion et de la compulsion

Certains éléments sont centraux :

  • la poursuite de la conduite malgré des conséquences négatives (conséquences psychologiques, physiques, comportementales, matérielles, sociales, affectives…)
  • les efforts répétés pour tenter de réduire, de cesser sa conduite sans y parvenir seul
  • la tolérance (besoin d’augmenter les doses pour obtenir le même effet qu’à la première),
  • le sevrage (dont les signes sont la nervosité, l’insomnie, des syndromes physiques qui apparaissent au moment de l’arrêt de la conduite),
  • le « craving » c’est-à-dire l’envie irrésistible de jouer ou de consommer, à distance de l’arrêt, c’est-à-dire des semaines ou des mois après avoir été sevré,…

Goodman décrit les critères d’inclusion des comportements compulsifs dans le champ des addictions :

  • A- Impossibilité de résister aux impulsions à réaliser ce type de comportement.
  • B- Sensation croissante de tension précédant immédiatement le début du comportement.
  • C- Plaisir ou soulagement pendant sa durée.
  • D- Sensation de perte de contrôle pendant le comportement.
  • E- Présence d’au moins cinq des neuf critères suivants
  1. Préoccupation fréquente au sujet du comportement ou de sa préparation.
  2. Intensité et durée des épisodes plus importantes que souhaitées à l’origine.
  3. Tentatives répétées pour réduire, contrôler ou abandonner le comportement.
  4. Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre ou à s’en remettre.
  5. Survenue fréquente des épisodes lorsque le sujet doit accomplir des obligations professionnelles, scolaires ou universitaires, familiales ou sociales.
  6. Indisponibilité pour des activités sociales, professionnelles ou récréatives majeures sacrifiées du fait du comportement.
  7. Continuation du comportement, bien que le sujet sache qu’il cause ou aggrave un problème persistant ou récurrent d’ordre social, financier, psychologique ou psychique.
  8. Tolérance marquée : besoin d’augmenter l’intensité ou la fréquence pour obtenir l’effet désiré, ou diminution de l’effet procuré par un comportement de même intensité.
  9. Agitation ou irritabilité en cas d’impossibilité de s’adonner au comportement.

Dossiers similaires

Voir tous les dossiers