L’empathie chez les plus jeunes, victime collatérale de la surexposition aux écrans

25/06/2018

L’ étude « Junior Connect’ » menée par Ipsos en 2017 montre que les enfants de 1 à 6 ans passent plus de 4h30 par semaine devant les écrans. Dans ce contexte d’hyper-exposition, les Assises de la Maternelle de mars 2018 ont fait de ce sujet le point central de leurs discussions. Quelles sont les conséquences du temps passé devant les écrans pour l’enfant ? Cela change-t-il son rapport à autrui ?

Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste appartenant à l’Académie des technologies et Sabine Duflo, psychologue clinicienne et thérapeute familiale répondent à nos questions.

Peut-on parler d’une surexposition aux écrans chez les plus jeunes ?

Serge Tisseron :« De nos jours, avec l’avènement des technologies mobiles, les écrans nous suivent partout – et ce dès l’âge le plus tendre. Que ce soit à la maison, dans la rue, dans la poussette ou même au supermarché, il y a une surexposition importante des jeunes enfants, renforcée par le numérique, mais déjà existante à l’époque de la télévision. Résultat : les jeunes enfants, accaparés par leur écran, ne développent pas les aptitudes de leur âge et manquent de temps pour développer leurs capacités émotionnelles. »

Sabine Duflo :« Le temps d’exposition aux écrans est toujours plus important, car ces derniers sont maintenant nomades. Ils nous suivent partout. Pour certains petits-enfants, ce temps passé devant les écrans est devenu supérieur au temps d’éveil et surtout, au temps d’interaction avec la maman. Or l’empathie, cette capacité à reconnaître les émotions sur le visage de l’autre, résulte des interactions répétées de l’enfant avec sa mère. Ces interactions sont cruciales pour développer la capacité à se comprendre et à comprendre les autres. N’oublions pas que le visage de la mère est le livre à partir duquel l’enfant peut comprendre le monde. »

Quelles sont les conséquences sur les enfants et leur gestion des émotions et de l’empathie ? Pour un enfant en maternelle, y a-t-il des conséquences dans son rapport aux autres ?

S.T :« L’étude phare de Linda Pagani sur les effets de la consommation télévisuelle précoce a montré que les enfants en âge de débuter la marche et passant plus de deux heures par jour devant le petit écran avaient plus de difficultés à repérer les émotions d’autrui et à gérer les relations aux autres. Cette angoisse de la relation avec l’autre provoque un repli sur soi et résulte d’un défaut d’empathie chez l’enfant. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut donner lieu à ce qu’on appelle « l’agression proactive », lorsque les enfants s’en prennent aux autres sans raison. »

S. D : « Les écrans interactifs sont plus nocifs que les écrans « passifs » comme la télé. Basés sur un système d’action/réaction, ils stimulent l’attention réflexe d’une façon inédite et provoquent une sur-stimulation du cortex visuel. Les lumières, les images et le mouvement qui émanent de l’écran rendent rapidement le bébé accro. Il n’est plus alors capable d’apprécier et de rechercher des stimulations plus lentes et naturelles comme le regard la voix et le visage de sa mère. Or, l’empathie nait des échanges répétés avec la mère grâce auxquels l’enfant apprend à déchiffrer les émotions et le sens sur le visage de l’Autre. »

Comment sensibiliser les parents à ces risques ? Quel rôle peut jouer la communauté éducative ?

S.D :« Les enseignants sont de plus en plus nombreux à se sentir concernés par les effets délétères de l’exposition prolongée et précoce des écrans. Rappelons que la mission principale de l’enseignant est…d’enseigner. Or il ne peut le faire efficacement avec un élève en déficit d’attention. Aujourd’hui, dans les CMP (Centres médico-psychologiques) dans 9 cas sur 10, c’est l’école qui suggère au parent de consulter pour des problèmes d’attention qu’elle a repérés chez l’enfant. L’autre motif principal de consultation concerne les troubles de conduite de l’élève : il se bagarre, insulte ses pairs ou ses enseignants. Dans ces deux cas, je retrouve très fréquemment des enfants livrés aux écrans. Dans le cas des troubles des conduites, on a souvent affaire à des enfants exposés trop souvent à des contenus violents. Or la violence perçue à l’écran engendre trois effets principaux : davantage de pensées et de comportements violents, une modification de l’humeur et une perte de l’empathie. À l’équation naturelle violence égale stress, se substitue une nouvelle association : violence égale divertissement, violence égale plaisir. »

S.T :« Les technologies numériques ne sont pas toxiques en elles-mêmes. Un apprentissage cadré de ces nouvelles technologies, à la fois au sein des familles et par la communauté éducative, peut avoir une influence positive sur le développement de l’enfant. Au sein de la famille, les parents doivent se rendre davantage disponibles, car eux-mêmes utilisent trop les outils numériques. Beaucoup d’enfants sont des victimes collatérales de la consommation d’écrans par leurs parents, qui est une source de souffrance pour eux : une étude récente révèle que 38% des 8 à 12 ans rêvent de confisquer le téléphone portable de leurs parents ».


Serge Tisseron a créé en 2008 les « Balises 3-6-9-12 », qui donnent des conseils concrets et précis pour un bon usage des écrans adapté à chaque tranche d’âge, avant 3 ans, de 3 à 6, de 6 à 9, de 9 à 12, et au-delà. Pour permettre à tous les enfants d’apprendre à se passer des écrans, et à s’en servir, et à développer leurs capacités d’empathie (www.3-6-9-12.org). Il a également créé l’activité théâtrale Jeu des Trois Figures – ou J3F –, pratiquée par les enseignants, pour développer l’empathie de la maternelle au collège (www.3figures.org).


Les « 4 pas pour mieux grandir » de Sabine Duflo sont des conseils pratiques, facilement applicables destinés aux parents – des petits pas pour mieux avancer ensemble. Elle propose ainsi aux familles de délaisser les écrans pendant les moments clés de la vie de famille : le matin avant d’aller à l’école, pendant les repas, avant de se coucher, etc. Elle préconise également de ne pas rendre accessibles les écrans dans la chambre de l’enfant avant ses 10 ans.

Le livret est téléchargeable sur le site sabineduflo.fr.

L’empathie chez les plus jeunes, victime collatérale de la surexposition aux écrans

L’étude « Junior Connect’ » menée par Ipsos en 2017 montre que les enfants de 1 à 6 ans passent plus de 4h30 par semaine devant les écrans. Dans ce contexte d’hyper-exposition, les Assises de la Maternelle de mars 2018 ont fait de ce sujet le point central de leurs discussions. Quelles sont les conséquences du temps passé devant les écrans pour l’enfant ? Cela change-t-il son rapport à autrui ?

Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste appartenant à l’Académie des technologies et Sabine Duflo, psychologue clinicienne et thérapeute familiale répondent à nos questions.

Peut-on parler d’une surexposition aux écrans chez les plus jeunes ?

Serge Tisseron :« De nos jours, avec l’avènement des technologies mobiles, les écrans nous suivent partout – et ce dès l’âge le plus tendre. Que ce soit à la maison, dans la rue, dans la poussette ou même au supermarché, il y a une surexposition importante des jeunes enfants, renforcée par le numérique, mais déjà existante à l’époque de la télévision. Résultat : les jeunes enfants, accaparés par leur écran, ne développent pas les aptitudes de leur âge et manquent de temps pour développer leurs capacités émotionnelles. »

Sabine Duflo :« Le temps d’exposition aux écrans est toujours plus important, car ces derniers sont maintenant nomades. Ils nous suivent partout. Pour certains petits-enfants, ce temps passé devant les écrans est devenu supérieur au temps d’éveil et surtout, au temps d’interaction avec la maman. Or l’empathie, cette capacité à reconnaître les émotions sur le visage de l’autre, résulte des interactions répétées de l’enfant avec sa mère. Ces interactions sont cruciales pour développer la capacité à se comprendre et à comprendre les autres. N’oublions pas que le visage de la mère est le livre à partir duquel l’enfant peut comprendre le monde. »

Quelles sont les conséquences sur les enfants et leur gestion des émotions et de l’empathie ? Pour un enfant en maternelle, y a-t-il des conséquences dans son rapport aux autres ?

S.T :« L’étude phare de Linda Pagani sur les effets de la consommation télévisuelle précoce a montré que les enfants en âge de débuter la marche et passant plus de deux heures par jour devant le petit écran avaient plus de difficultés à repérer les émotions d’autrui et à gérer les relations aux autres. Cette angoisse de la relation avec l’autre provoque un repli sur soi et résulte d’un défaut d’empathie chez l’enfant. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut donner lieu à ce qu’on appelle « l’agression proactive », lorsque les enfants s’en prennent aux autres sans raison. »

S. D : « Les écrans interactifs sont plus nocifs que les écrans « passifs » comme la télé. Basés sur un système d’action/réaction, ils stimulent l’attention réflexe d’une façon inédite et provoquent une sur-stimulation du cortex visuel. Les lumières, les images et le mouvement qui émanent de l’écran rendent rapidement le bébé accro. Il n’est plus alors capable d’apprécier et de rechercher des stimulations plus lentes et naturelles comme le regard la voix et le visage de sa mère. Or, l’empathie nait des échanges répétés avec la mère grâce auxquels l’enfant apprend à déchiffrer les émotions et le sens sur le visage de l’Autre. »


Comment sensibiliser les parents à ces risques ? Quel rôle peut jouer la communauté éducative ?

S.D :« Les enseignants sont de plus en plus nombreux à se sentir concernés par les effets délétères de l’exposition prolongée et précoce des écrans. Rappelons que la mission principale de l’enseignant est…d’enseigner. Or il ne peut le faire efficacement avec un élève en déficit d’attention. Aujourd’hui, dans les CMP (Centres médico-psychologiques) dans 9 cas sur 10, c’est l’école qui suggère au parent de consulter pour des problèmes d’attention qu’elle a repérés chez l’enfant. L’autre motif principal de consultation concerne les troubles de conduite de l’élève : il se bagarre, insulte ses pairs ou ses enseignants. Dans ces deux cas, je retrouve très fréquemment des enfants livrés aux écrans. Dans le cas des troubles des conduites, on a souvent affaire à des enfants exposés trop souvent à des contenus violents. Or la violence perçue à l’écran engendre trois effets principaux : davantage de pensées et de comportements violents, une modification de l’humeur et une perte de l’empathie. À l’équation naturelle violence égale stress, se substitue une nouvelle association : violence égale divertissement, violence égale plaisir. »

S.T :« Les technologies numériques ne sont pas toxiques en elles-mêmes. Un apprentissage cadré de ces nouvelles technologies, à la fois au sein des familles et par la communauté éducative, peut avoir une influence positive sur le développement de l’enfant. Au sein de la famille, les parents doivent se rendre davantage disponibles, car eux-mêmes utilisent trop les outils numériques. Beaucoup d’enfants sont des victimes collatérales de la consommation d’écrans par leurs parents, qui est une source de souffrance pour eux : une étude récente révèle que 38% des 8 à 12 ans rêvent de confisquer le téléphone portable de leurs parents ».


Serge Tisseron a créé en 2008 les « Balises 3-6-9-12 », qui donnent des conseils concrets et précis pour un bon usage des écrans adapté à chaque tranche d’âge, avant 3 ans, de 3 à 6, de 6 à 9, de 9 à 12, et au-delà. Pour permettre à tous les enfants d’apprendre à se passer des écrans, et à s’en servir, et à développer leurs capacités d’empathie (www.3-6-9-12.org). Il a également créé l’activité théâtrale Jeu des Trois Figures – ou J3F –, pratiquée par les enseignants, pour développer l’empathie de la maternelle au collège (www.3figures.org).


Les « 4 pas pour mieux grandir » de Sabine Duflo sont des conseils pratiques, facilement applicables destinés aux parents – des petits pas pour mieux avancer ensemble. Elle propose ainsi aux familles de délaisser les écrans pendant les moments clés de la vie de famille : le matin avant d’aller à l’école, pendant les repas, avant de se coucher, etc. Elle préconise également de ne pas rendre accessibles les écrans dans la chambre de l’enfant avant ses 10 ans.

Le livret est téléchargeable sur le site sabineduflo.fr.

Actualités similaires

Tous unis contre le SIDA – Collège Félix de Buhot

Lors de la journée mondiale de lutte contre le SIDA, les élèves et les personnels du collègeLire la suite
FilGood tuto

FilGood – Tutoriel d’utilisation

Vous souhaitez utiliser FilGood? Vous avez des questions sur son utilisation? Voici le tutorielLire la suite
Voir toutes les actualités