5 mars – Serena

Jeudi 5 mars 

Serena, autrice :

“Comment je m’engage au quotidien ? Moi c’est via les réseaux sociaux. J’ai beaucoup appris d’eux et j’ai beaucoup évolué grâce à eux et aux femmes, militantes et féministes en général qui y sont. Comme j’ai une jolie communauté qui me suit au quotidien j’essaye à mon tour d’amener cette parole et de faire bouger les choses à petite échelle. Par exemple sur le 8 mars, chaque année, j’essaye de rappeler pourquoi cette journée est importante, pourquoi c’est pas une fête, pourquoi il est important d’informer autour de cette journée, pour expliquer toutes les inégalités, le travail qui reste à faire concernant les femmes en france et dans le monde. Concernant également les violences faites aux femmes, c’est quelque chose que j’essaye de rappeler constamment. Je suis les comptes instagram qui décomptent les victimes, j’essaie de relayer chaque victime pour la faire exister et qu’elle ne tombe pas dans l’oubli et pour rappeler que tous les deux jours, une femme est tuée en France sous les coups de son conjoint ou ex conjoint. C’est un petit rappel que je fais très régulièrement je suis contente d’avoir une communauté avec un esprit ouvert qui est prête à évoluer. Pour moi, il n’y a pas de petit engagement. Je suis hyper fan de la fable du colibri qui apporte goutte à goutte sa contribution pour sauver la forêt de l’incendie et c’est ce que j’essaye de faire au quotidien. Si on se dit “oui ca sert à rien ce que je fais”, si tout le monde se dit ça on ne fait pas grand chose… Au quotidien, il s’agit aussi d’éduquer mes fils, je veux vraiment en faire des hommes biens. Je les reprend sur tout, je ne laisse rien passer. J’essaie de leur apprendre le respect des femmes et de tout le monde en général parce qu’au lieu de dire aux filles “faites attention”, on peut aussi dire aussi aux garçons “ne violez pas, n’agressez pas, ne soyez pas des prédateurs.” 

[ Simone e(s)t moi. Et toi? ] 

 

Dossiers similaires

Voir tous les dossiers